Mon séjour à la maternité !

Mon séjour à la maternité !

Généralement de courte durée, 3 jours en moyenne suite à un accouchement par voie basse et 4 suite à une césarienne, comme un « sas » entre la naissance et le retour à la maison, le séjour à la maternité présente à la fois des avantages et des inconvénients.

Sans se vouloir exhaustif, cet article a pour objectif d’éclairer ici le chemin qui vous attend, de vous proposer une petite boîte à outils sous forme de « kits », qui sera laissée à votre appréciation, et des informations pour peut-être élargir votre projet de naissance et poser vos intentions pour la suite, prendre le temps de vous préparer à ce qui pourra Être, pressentir ce qui semble juste pour vous, pour être en mesure de vous positionner si besoin, afin d'agir en conscience et non consentir de fait.

 

I - Les avantages et inconvénients du séjour à la maternité : (listes non exhaustives !)

1 - Les avantages

  • Pas d’Intendance à gérer (repas, linge, logistique diverse)
  • Petite bulle avec votre bébé sans être sollicitée par les aînés s’il en est.
  • Côté rassurant d’avoir du personnel médical sous la main pour poser vos questions… vous laisser guider…

2 - Les inconvénients

  • Manque d’intimité, parfois en chambre double.
  • Beaucoup de passage
  • Rythme imposé, réveil, repas, horaires de visite
  • Cododo pas toujours encouragé
  • Le papa ne peut pas toujours rester avec vous en permanence
  • Les repas pas toujours adaptés
  • Discours et conseils contradictoires
  • Les aînés qui ne peuvent venir qu’en visite

En dessous de 72h après un AVB, et de 96h après une césarienne, on parle de « sortie précoce. »

Entre sortie précoce - voire très précoce - et séjour prolongé, à vous de voir ce qui vous conviendra le mieux et d’envisager de composer avec les possibilités qui s’offriront à vous le moment venu.

Il peut être selon les cas judicieux de rester un peu plus longtemps ou de rentrer au plus vite ! Certaines mamans optent pour une sortie très précoce, voire le jour même de la naissance. Cela est tout à fait possible à condition que ce retour à la maison soit organisé en conséquence.

Par exemple, le test de Guthrie qui permet de dépister des maladies congénitales dont l’hypothyroïdie, est un incontournable et doit être fait au 3ème jour. Il n’empêche pas de sortir plus tôt mais devra alors être planifié à domicile avec une sage-femme à moins que la maternité ne vous propose de revenir pour ce test. Où qu'il soit réalisé, on peut le faire pendant la tétée : ce prélèvement sera d’autant mieux supporté grâce à la sécrétion d’endorphines.

Si une surveillance particulière se justifie pour vous ou pour votre bébé (infection, prise de poids à surveiller, ictère (qui demande beaucoup d’énergie au bébé et est souvent au détriment de sa prise de poids)), le séjour peut être prolongé.  Tout peut se discuter, n’hésitez jamais à exprimer vos besoins.

L'équipe est là pour vous soutenir, vous montrer le chemin, en aucun cas vous juger, ou vous infantiliser. C'est pourtant ce que vous pouvez ressentir, trop souvent, lorsque l'on fait à votre place, que l'on prend la posture du sachant dans une intention de bien faire très contre-productive car elle fragilise au lieu de la renforcer votre confiance dans votre capacité à être maman. Même en ayant soutenu un projet de naissance parfois ambitieux, il peut être difficile de trouver sa place dans ce nouveau contexte. Répétez-vous comme un mantra qu'en faisant de votre mieux, vous êtes la mère parfaite pour votre bébé.

Vous avez alors juste à faire de votre mieux, en acceptant d'être en période d'apprentissage. Chaque jour vous gagnerez en expertise et serez vite bien mieux placée que quiconque dans la connaissance de votre bébé.

II - Vos « kits » à prévoir. Il s’agit juste de propositions ! Faites votre marché parmi ce qui vous parle !

1 - Votre kit de confort :

  • Pour votre installation : un coussin d’allaitement (que vous allaitiez ou non !)
  • Un bandeau de peau à peau (si la maternité n’en propose pas) ou un t.shirt de portage
  • Des vêtements confortables pour vous dans lesquels vous vous sentez bien et belle. Colorés c’est sympa pour les photos !
  • Des cataplasmes de froid / chaud pour accompagner la montée de lait, des coussinets d’allaitement lavables +/-
  • Des protections hygiéniques lavables ou à défaut jetables mais labellisées.
  • Des langes.
  • Un tube d’argile en pâte qui pourra être précieux en cataplasme sur les seins ou le périnée. C’est un merveilleux antiinflammatoire[1].)
  • De quoi rincer votre périnée lorsque vous irez aux toilettes. [2]

Le lait maternel est un parfait onguent pour les seins en cas de crevasses !

 

2 - Votre kit de survie / Sérénité (tout ce qui peut vous aider à réduire le stress quel qu’il soit)

  • Fleurs de Bach : un petit flacon de rescue pourra vous aider à traverser votre labilité émotionnelle.
  • Huiles essentielles relaxantes (à utiliser avec parcimonie) : petit grain bigarade, Ylang Ylang, lavande vraie en olfaction « 3x/j (soyez toujours vigilante avec l’utilisation des HE dont certaines peuvent être contre-indiquées)
  • Des tisanes d’allaitement +/- huile de massage allaitement (Weleda) intéressante pour stimuler la montée de lait.
  • Des tisanes de verveine, de tilleul ou de mélisse pour la détente, d’ortie pour la reminéralisation.
  • Des encas / aliments riches en fibres pour faciliter votre transit souvent mis à mal par l’appréhension de retourner à la selle. (Poires, dattes, figues fraîches ou sèches, pruneaux ou encore du psyllium)
  • Des boules quiès
  • Une « hotline » allaitement :

Le n° de téléphone d'une personne compétente en allaitement : de votre sage-femme, d’une consultante en lactation ou d'une association de soutien à l'allaitement. (Leche league[3], solidarilait[4]…) Les conseils reçus en maternité peuvent être contradictoires d'une personne à l'autre et toutes les équipes ne sont pas toujours formées ou manquent de temps pour vous accompagner. Un soutien extérieur peut être précieux.

Ne pas faire de la prise de poids une obsession quand tout le monde est fixé dessus peut être difficile ! Sachez que si votre bébé a été pesé à la naissance avant de faire son méconium (ses premières selles), vous partez avec un peu de marge pour le seuil des 10%, puisque son poids de départ a été en quelque sorte sur estimé 😉. (on vous le dit rarement mais ça peut aider à relativiser!)

Le bain quotidien n'est pas une nécessité, il demande beaucoup d'énergie au bébé au détriment de sa prise de poids. Vous pouvez ne le faire qu'au retour à la maison ou juste une fois pour vous rassurer sur ce rituel.

3 - Votre kit Energie

  • Des baies de goji riches en fibres, antioxydants et vitamine C, des fruits à coque, du magnésium.
  • Des petits plats maison

Des petits rituels juste vous :

  • 3 mn de cohérence cardiaque [5] une à plusieurs fois par jour, cela peut être à chaque tétée.
  • La douche magique qui consiste simplement à vous savonner en conscience, à honorer votre corps pendant ce moment juste pour vous, à savourer la sensation de l’eau chaude sur votre beau, du plaisir simple que cela peut procurer. 
  • Cultivez la gratitude, tout au long de la journée, quelques pistes ici : https://madosedebonheur.com/blog/2018/12/12/exercices-gratitude/

4 - votre kit homéopathie

L’incontournable Arnica Montana, 9ch granules 3x/ jour précieux en cas de sensation de courbatures, de « bleu » particulièrement au niveau périnéal.

Si vous avez l’impression que l’accouchement a été pour vous un choc physique et émotionnel, une dose en 15ch dès que possible sera bienvenue.

Hémorroïdes : Aesculus composé  3  granules 3x/j, la pommade au ratanhia sera précieuse également en application locale 2x/ j. De même que le froid et l’argile…

Sensations urinaires (brûlures mictionnelles suite à des sondages urinaires par exemple, sans infection urinaire) : Staphysagria 9ch

Pour votre périnée :      -    Calendula 4ch  granules / jour // Apis mélifica 9ch en cas d’œdème de la vulve : 3 granules à répéter souvent dans la journée. Vous pouvez également appliquer du froid pour vous soulager / Staphysagria 9ch 3 granules / j si vous avez eu une épisiotomie / Nitricum acidum 5ch si vous avez des éraillures (déchirures très superficielles qui picotent) granules 2x/j

En cas de césarienne : Staphysagria 9ch 3 granules / j pendant 10j / Arnica en systématique / Opium 15ch 1 dose si vous avez eu une anesthésie générale et que votre transit a du mal à redémarrer.

Pour la fatigue : China Rubra 9ch 3 granules / j très bon remède de suite de perte de liquides

Préparez-vous à ce que l'équipe ne vous encourage pas si le recours à l'homéopathie n'est pas dans ses habitudes ! Si ça a du sens pour vous, go !

5 - Kit « visites » :

Sélectionnez qui aura le privilège de venir vous voir et proposez vous-même le créneau horaire. Respectez vos besoins avant tout et n’invitez que les personnes qui vous font vraiment du bien, celles qui sont bienveillantes et ne seront pas dans le jugement ou les conseils…

Pour la 1ère visite de vos aînés, réfléchissez à la façon dont vous aurez envie de présenter ce bébé ? Il est conseillé d’éviter que votre nouveau-né soit dans vos bras lorsque les grands arrivent, cela peut parfois leur donner l’impression d’avoir été remplacés.

Il peut être fort appréciable que votre partenaire puisse, selon ses possibilités, passer beaucoup de temps avec vous. Certaines maternités permettent qu’il passe la nuit avec vous mais elles ne sont pas majoritaires. Sa présence auprès de vous pendant le séjour l’aidera à s’immerger avec vous dans ce nouveau rythme avec un bébé, à vous relayer pour le peau à peau, pour les moments où vous prendrez soin de vous tout en créant du lien avec votre bébé.

6 - TV et objets connectés

Veillez à limiter tout ce qui peut altérer la présence à soi et aux autres. Votre bébé dès la naissance est sensible à son environnement. A quoi ressemble celui dans lequel vous souhaitez qu’il grandisse ?

Prenez l’habitude d’éloigner le tél portable (ou tout objet connecté) de votre bébé ou mettez-le en mode avion (les rayonnements électromagnétiques peuvent impacter le sommeil, l’attention. Les enfants et particulièrement les bébés ont un cerveau très perméable aux rayonnements du fait de leur immaturité. Pour les protéger, ils doivent être maintenus à distance de tout objet connecté.

Faites vivre votre projet de naissance au-delà de la salle de naissance : faites beaucoup de peau à peau, refusez le don de complément sauf s’il est médicalement argumenté. Demandez à ne jamais être séparé de votre bébé.

Lisez, relisez les 4 accords Toltèques….

III - Concernant la sortie

En cas de sortie précoce :

Il est raisonnable de pouvoir être accompagnée à votre retour à la maison par une sage-femme et / ou une doula ou des personnes qui sauront vous apporter une expertise sur des questions spécifiques. En cas de doute, ne pas attendre pour en référer à un professionnel. (Les préoccupations principales dans le suivi néonatal étant le risque d’ictère, le démarrage de la prise de poids (après une perte physiologique de 8-9% max dans l’idéal du poids de naissance) et les infections (mais si on vous laisse sortir précocement c’est qu’il n’y a pas de facteur de risque)

Même si le poids de votre bébé ne doit pas être une obsession, il vaut mieux le peser 2 ou 3 jours maximum après votre sortie. Bien que des signaux vous permettront de savoir si votre bébé « prend bien » (s’il s’endort repus, que ses selles sont fréquentes, abondantes de même que ses urines, si vos seins sont plus souples après la tétée, que vous l’entendez déglutir…), ça vous permettra de vous rassurer et si besoin, de rectifier votre « stratégie tétées » S’il n’a pas pris ou pas assez, il sera temps de mettre une « stratégie » en place pour booster ce début d’allaitement ce qui sera d’autant plus facile que ce sera tôt.

S’il a bien pris (au moins 20g /j, mais ça peut être beaucoup plus s’il est au sein), vous serez gratifiée 😉 et il ne faut jamais perdre une occasion pour ça !

Pour plus de sérénité une fois à la maison, même s’il faut laisser la place aux surprises, certaines choses peuvent (voire doivent) être anticipées comme :

  • La location d’un tire-lait si le démarrage de l’allaitement le nécessite.
  • La logistique et l’intendance autour des enfants aînés.
  • La visite d’une sage-femme à votre domicile particulièrement si la sortie est anticipée. Normalement, ce sont les sage-femmes de la maternité qui devraient s’en charger…
  • Un Rdv chez l’ostéopathe ou chiropraticien (pour vous et votre bébé)

Conclusion

Tout est succession d’expériences, ce séjour à la maternité en fait partie, prenez-y ce qu’il y a de plus positif. A l’issue de ce séjour, vous serez plus experte que quiconque concernant votre bébé.

L’impermanence accompagne notre vie et rend rapidement invalides les conseils qui vous auront été prodigués à la maternité. Ce qui est valable au deuxième jour ne l’est plus au 4ème, autrement dit, votre bon sens et votre expertise de maman même débutante, seront de bien meilleurs alliés que le souvenir des conseils reçus.

Le post partum est une période très sollicitante au cours de laquelle accepter ses vulnérabilités peut être une force. Faites de votre mieux, sans oublier que notre société offre finalement peu de soutien aux parents et qu'il est juste de solliciter de l’aide, de vous faire accompagner si vous en ressentez le besoin pour vivre le mieux possible vos premiers pas avec ce bébé-là.

 

Article écrit par Delphine Messiaen / Sage-femme / Accompagnante holistique des femmes / Formatrice en santé environnementale.

Diplômée en homéopathie (CEDH & FFSH) et en santé environnementale (IFSEN & WECF)

https://www.delphinem.fr/

 

[1] https://www.youtube.com/watch?v=Z9Gf9u9xoOw

[2] https://lansinoh.fr/products/douche-intime-perinee (ou une petite bouteille d'eau)

[3] https://www.lllfrance.org/vous-informer/contacter-une-animatrice

[4] https://solidarilait40-32.monsite-orange.fr/

[5] https://www.youtube.com/watch?v=fkoESM0peSM

Merci pour votre inscription