LES TÉTÉES NOCTURNES : comment s’y adapter et éviter l’épuisement?

LES TÉTÉES NOCTURNES : comment s’y adapter et éviter l’épuisement?

Article rédigé par Myriam Panard, consultante en lactation IBCLC pour Lansinoh France

Dans une société telle que la nôtre où la nuit de sommeil est idéalisée, il est normal que vous vous sentiez vite dépassée par les réveils nocturnes fréquents de votre nourrisson. Or, on a de cesse de de vous mettre en garde, de vous faire peur si vous vous endormez avec votre bébé, invoquant des raisons discutables de sécurité. Tout ceci génère de l’anxiété chez les nouveaux parents qui se sentent souvent démunis et tiraillés entre les appels de leur bébé et les interdits culturels. De plus, votre entourage vous rebat les oreilles avec la sempiternelle question: « Alors, ton bébé fait ses nuits ? » comme si vos compétences maternelles étaient en jeu, à fortiori si vous allaitez! Comment gérer au mieux cette situation?   

 

Tout d’abord, il est important d’apporter un éclairage sur le sommeil des bébés et leurs besoins vitaux, chasser les idées reçues en expliquant les bénéfices des tétées nocturnes pour le couple mère-enfant et enfin proposer quelques idées qui vous permettront d’éviter l’épuisement physique et mental, tout en vous mettant en garde contre certaines pratiques prônées par de soi-disant experts en sommeil du jeune enfant. 

 

Dis bébé, comment tu dors? A quoi s’attendre lorsqu’on devient parent? 

Il est très juste de rappeler que nous faisons partie de la catégorie des mammifères portés, particulièrement immatures et dépendants à la naissance. A ce titre, le besoin de proximité, de chaleur, de contact du nouveau-né est essentiel à sa survie, d’ailleurs la nature l’a programmé pour déclencher des signaux d’alerte. En effet, s’il ne sent plus la présence de sa mère il se manifeste en criant, c’est comme s’il se sentait abandonné et en danger. Comme je le dis souvent aux parents que j’accompagne, les bébés de l’ère moderne n’ont pas changé depuis la préhistoire: si les parents de  cette époque lointaine les avaient obligés à dormir seuls dans une grotte séparée de la leur, nous ne serions pas là pour en débattre car l’espèce humaine aurait disparu depuis bien longtemps…Méfions-nous donc des détracteurs qui dénigrent les besoins ancestraux des nourrissons et incitent les parents à suivre des protocoles qui les éloignent physiquement et psychologiquement de leur enfant. 

 

En même temps, comme si la nature mettait tout en oeuvre pour faciliter l’attachement de la mère à son enfant, on observe chez elle le besoin intrinsèque de regarder, toucher, sentir son bébé, c’est ce que  Winnicott, pédiatre et psychanalyste britannique très connu nomme « la préoccupation maternelle primaire ». Cet état d’hyper-vigilance lui permet de protéger son bébé de jour comme de nuit et de le nourrir de lait et d’affection sans limite, sauf en cas de trauma ou de troubles liés à une histoire personnelle difficile.

 

Les premiers mois de vie sont comme la continuité de la gestation pour votre bébé. Durant sa période foetale, il dort presqu’en permanence tout en bougeant et en tétant ses doigts ou le cordon, ce dernier le reliant au placenta qui lui assure une alimentation continue comme s’il était en perfusion. Son sommeil décrit comme « indéterminé », car non-organisé en cycles précis domine; ce n’est que vers le huitième mois qu’on voit apparaitre des phases de sommeil agité ou léger, de sommeil calme ou profond tout en observant encore beaucoup de sommeil indéterminé. 

En général dès la naissance ou presque, ces mêmes cycles vont s’enchainer durant toute la journée avec de courtes périodes d’éveil sauf en soirée et durant la nuit où les phases d’éveil et d’agitation se prolongent. En tout cas, le sommeil indéterminé domine encore, ce qui d’ailleurs déstabilise beaucoup les jeunes parents…Ses réflexes l’incitent à chercher souvent le sein même dans un demi-sommeil ; ce sein qui devient le « cordon sensoriel », couvrant tous ses besoins primaires de chaleur, contact, succion et lait.  

C’est grâce à votre présence rassurante de jour comme de nuit avec des tétées répondant à ses besoins que votre bébé va au fil du temps s’auto-réguler et acquérir des rythmes plus prévisibles. 

Il y aura tout de même des moments où vos nuits seront plus interrompues que d’autres, notamment en cas d’inconfort digestif passager, de petites maladies de la sphère ORL , d’infection urinaire, de changement d’environnement, de stress familial, de séparation au moment de la reprise du travail, de poussées dentaires… et aussi lorsque votre bébé sera tellement curieux et stimulé le jour qu’il en oubliera de se nourrir suffisamment pour alors se rattraper la nuit au calme avec des tétées bien vigoureuses ( c’est notamment le cas autour de 4 mois). Dans toutes ces situations de réveils nocturnes, si vous répondez instinctivement aux appels de votre bébé en lui proposant le sein , vous suivez l’ordre naturel des choses et c’est tant mieux. ..Ne croyez surtout pas que vous allez instaurer de « mauvaises habitudes » comme certaines personnes pourraient vous le faire croire. Il est important en revanche d’écouter votre coeur et votre petite voix intérieure, c’est plus sûr ! N’êtes-vous pas « mère-veilleuse »? comme le dit souvent Suzanne Colson, auteure de L’allaitement instinctif  

Quels sont les avantages d’allaiter votre bébé la nuit? 

Comme nous l’avons vu plus haut, être parent c’est répondre aux besoins de son enfant de jour comme de nuit (faim, réassurance, inconfort..); William Sears, père de 7 enfants et pédiatre américain très connu en parle très bien dans son livre Etre parent le jour, et la nuit aussi . Vous jouez le rôle important de co-régulateur pour un développement harmonieux de votre bébé qui n’a pas encore les moyens de répondre à ses besoins de manière autonome. En ce sens l’allaitement au sein est un formidable atout. 

Tout d’abord, le nouveau-né a besoin de se nourrir souvent jour et nuit pour assurer la continuité de son développement, comme durant sa vie intra-utérine. Par ailleurs, le lait maternel contient un acide aminé, le L-Triptophane, dont la particularité est d’aider votre bébé à fabriquer de la mélatonine, cette hormone naturelle qui facilite l’endormissement et la régulation des rythmes circadiens (système interne pour reconnaitre la différence jour-nuit) . Le sommeil des nouveau-nés et des nourrissons est intrinsèquement lié aux tétées, c’est biologique. De plus, la succion au sein apaise et réconforte le bébé, l’aidant facilement à se rendormir et les contacts en peau à peau (visage contre le sein) durant les tétées sont autant de moyens de rassurer votre bébé de votre présence par la chaleur et l’odeur de votre peau, le bruit de votre coeur et le rythme de votre respiration. 

En ce qui vous concerne ces rendez-vous de tétées nocturnes avec votre bébé vous assure une bonne lactation, là encore c’est physiologique puisque la principale hormone responsable de la production de lait, que l’on appelle la prolactine, connait des pics de sécrétion importants durant la nuit. Attention donc aux biberons de lait infantile proposés par votre entourage pour remplacer les tétées de nuit en vue de vous accorder des plages de sommeil plus longues. Cela risque non seulement d’engendrer des engorgements inconfortables et une baisse de lactation mais cela contribue aussi à empêcher cette synchronisation naturelle de votre sommeil avec celui de votre bébé.  

En réalité, des études ont montré que les mères qui allaitent exclusivement leur bébé ont un sommeil plus réparateur en terme de qualité et de durée totale, comparées aux mères non allaitantes, et ce malgré les réveils répétés de leur bébé. Ceci est dû aux effets positifs des deux hormones impliquées dans l’allaitement maternel: la prolactine et l’ocytocine. Ces hormones facilitent la détente, l’endormissement et favorisent l’attachement à votre bébé, car comme vous savez, l’allaitement est avant tout une relation que vous construisez ensemble.     

 

Comment gérer au mieux ces tétées nocturnes afin d’éviter l’épuisement? 

Il s’agit tout d’abord d’accepter l’idée que votre bébé peut se réveiller plusieurs fois durant la nuit pour téter, que c’est normal et que cela peut durer pendant des mois voire des années avec des nuits sans réveil ou presque et d’autres plus agitées. 

En tant que parent, je dirais que l’une des qualités à cultiver est l’adaptabilité, la flexibilité, en acceptant de devoir changer vos plans certains jours pour privilégier votre repos, en un mot: lâchez prise et vivez l’instant présent sans culpabilité et sans vouloir être parfaite sur tous les fronts. 

Ces tétées nocturnes seront en fait plus ou moins bien vécues en fonction de votre tempérament. Si vous gardez un esprit positif et vous connectez par la pensée avec toutes les autres mamans du Monde qui sont en train d’allaiter leur bébé, comme vous, en pleine nuit, cela vous aidera à apprécier ces rendez-vous câlins au calme avec votre bébé. Imaginez donc une ronde universelle exclusivement féminine et sacrée…c’est joli, non?  Ces tétées non seulement aideront votre bébé à grandir, à avoir confiance mais seront aussi bénéfiques pour vous qui pourrez les vivre comme de vrais moments de plénitude…et croyez-moi ce lien très fort et précieux que vous tisserez chaque nuit avec votre enfant vous restera en mémoire toute votre vie…  

Par contre, ce qu’il est important d’aménager, c’est votre espace sommeil. En effet, si vous êtes obligée de vous lever chaque nuit à plusieurs reprises pour aller allaiter votre bébé, vous serez vite épuisée…optez pour un berceau cododo près de vous ou si vous préférez, partagez votre propre lit avec votre bébé, toute la nuit ou une partie seulement comme il vous plaira. C’est une pratique courante dans de nombreux pays; au Japon par exemple on trouve inacceptable voire maltraitant que la mère ne dorme pas avec son enfant... Voici un rappel des recommandations en terme de sécurité, notamment avec les bébés de moins de 6 mois: ne dormez pas avec votre bébé si vous êtes obèse, fumeuse, consommez de l’alcool, des drogues ou prenez des médicaments modifiant votre état de conscience; votre chambre ne doit pas être surchauffée, votre bébé devrait être habillé léger, ni avoir la couette sur lui et pour finir votre matelas devrait être suffisamment ferme et non encombré de multiple coussins et de peluches. De toute façon il faut savoir qu’une maman allaitante a comme des petites antennes magiques qui détectent la moindre anomalie chez son bébé…

Petite mise en garde: si on vous fait croire que votre bébé a un problème parce qu’il "ne fait pas encore ses nuits" et que l’on vous persuade alors de consulter un gourou du sommeil des bébés, sachez que leurs méthodes de « dressage » imposant des rythmes rigides de repas, d’éveil-jeu et de sommeil sont très controversées dans le monde des neuro-sciences (voir les livres du Dr Rosa Jové ou du Dr Gueguen ). En effet, leurs protocoles contribuent à augmenter les niveaux de stress au sein de la famille, induisent souvent un arrêt plus précoce de l’allaitement avec des implications physiques et psychologiques plus ou moins graves chez la maman. En outre, le fait de laisser pleurer longtemps et de manière répétitive un bébé sans le réconforter provoque des altérations chimiques et neuronales dans son cerveau. Ceci peut avoir des effets délétères sur son développement futur. Des dysfonctionnements émotionnels et comportementaux peuvent alors apparaitre durant l’enfance, l’adolescence ou à l’âge adulte. Prudence donc avec les solutions miracles qu’on vous vante sur le marché du sommeil!

Et si malgré tout, les tétées nocturnes commencent à peser sur votre quotidien, vous rendent irritable et anxieuse avec une sensation d’épuisement, il est important d’en parler à une personne de confiance et neutre comme une consultante en lactation par exemple. Elle saura vous écouter sans vous juger et vous aidera à démêler le fil de vos préoccupations et explorer d’éventuelles solutions compatibles avec votre situation dans le respect du tempérament et des besoins de votre bébé quel que soit son âge. 

———————————————————————————————————————————-

Ressources:

-Dormir sans larmes, Dr Rosa Jové

-Être parent le jour..et la nuit aussi (comment aider votre enfant à dormir?) William Sears

-Pour une enfance heureuse, Dr Catherine Gueguen

-Article de C.Laurent: Influence de la proximité mère-bébé sur le sommeil du nouveau-né et celui de sa mère, et sur l’allaitement.Quelle proximité recommander sans mettre en danger la sécurité de l’enfant? (2010)

https://amis-des-bebes.fr/pdf_news/2013/Proximite_sommeil_allaitement_CL2011.pdf

 -L’allaitement instinctif, Suzanne Colson

-Le 4e trimestre de grossesse, Ingrid Bayot

-Recommandations de l’UNICEF en cas de Sommeil partagé avec bébé (voir le document PDF)

 

Merci pour votre inscription