Combiner reprise du travail et allaitement

Combiner reprise du travail et allaitement

La reprise du travail en France est une des raisons principales d’arrêt précoce de l’allaitement, or avec un peu d‘organisation et de motivation il est possible de combiner allaitement et travail.

Cela peut prendre différentes formes en fonction de vos propres envies, de vos conditions de travail, de l’âge de votre bébé ou encore du mode de garde.

 

Comment combiner l'allaitement et la reprise du travail ? 

Que dit la loi sur l'allaitement au travail ?

La loi française précise que toute salariée allaitant son enfant a droit à cet effet à deux périodes de trente minutes par jour sur son temps de travail et ce jusqu’au premier anniversaire de son enfant. Si l’entreprise dispose d’un local dédié à l’allaitement (ce local est d’ailleurs obligatoire et soumis à des conditions d’hygiène bien précises pour toutes les sociétés employant plus de 100 femmes), le bébé peut alors y être amené et allaité ou si ce n’est pas envisageable, la mère peut y tirer son lait.

 

Quels sont les avantages à choisir de continuer l’allaitement lors de la reprise du travail (même s’il s’agit d’un allaitement partiel) ?

  • Vous maintenez ce lien précieux avec votre bébé et la tétée des retrouvailles à la fin de votre journée de travail aura toute son importance.
  • Vous continuez à protéger votre bébé avec votre lait maternel alors qu’il sera exposé à de plus nombreux germes à l’extérieur de chez vous.
  • Vous rendez service à votre entreprise, car des études ont prouvé que les salariées qui conjuguent allaitement et travail sont plus performantes et moins souvent absentes que leurs collègues mères non allaitantes.
  • Vous faites des économies. Saviez-vous que le coût d’achat de préparation infantile est de l’ordre de 1000€ la première année !

 

Quelles sont les possibilités d'allaitement pour la reprise du travail ?

  • Allaitement exclusif au sein : vous vous rendez à la crèche ou chez l’assistante maternelle proches de votre lieu de travail pour allaiter pendant vos pauses ou on vous amène votre bébé pour l’allaiter dans le local professionnel dédié à cet effet.
  • Allaitement exclusif au sein à la maison et au biberon de lait maternel durant les heures de garde du bébé.
  • Si vous ne voulez pas tirer votre lait : allaitement mixte avec un minimum de 3 à 4 tétées par 24h (pour que la lactation ne diminue pas trop vite) et des biberons de préparation infantile durant les heures de garde.
  • Sevrage complet auquel cas vous aurez besoin de prévoir 2 à 3 semaines avant la reprise du travail pour y arriver en douceur.

En tout cas, si vous décidez de continuer l'allaitement à la reprise du travail, il est important que les messages soient clairs pour votre enfant : en sa présence, vous l’allaitez et quand vous n’êtes pas à ses côtés, bébé est nourri au biberon ou à la tasse ou encore à la petite cuillère si la diversification a commencé et qu’il n’apprécie pas le biberon. Du coup, durant les nuits, les week-ends et les vacances vous pouvez l’allaiter à volonté, vos seins s’ajusteront et c’est excellent pour maintenir une bonne lactation. 

Comment bien s'organiser pour combiner allaitement et reprise du travail ?

  • Choisissez un tire-lait facile à transporter et efficace, simple ou double pompage, pouvant être utilisé avec ou sans secteur. Ce tire-lait va devenir votre compagnon durant vos journées de travail, et il est important que vous l’ayez bien apprivoisé avant votre reprise, et constitué de ce fait un peu de stock de lait au congélateur. Un soutien-gorge d'allaitement permet d’avoir les mains libres et peut s’avérer très utile pour vous faire gagner du temps.
  • Prévoyez également des coussinets d’allaitement supplémentaires et un haut de rechange la première semaine, surtout en cas de petites fuites de lait.
  • Aménagez votre pause tire-lait au travail : c’est un temps pour vous et votre bébé car vous entretenez ainsi votre lien lacté. Veillez à être proche d’un point d’eau pour vous laver les mains et les accessoires de tire-lait après usage. Faites en sorte que l’on ne vous dérange pas afin de pouvoir vraiment vous relaxer et favoriser ainsi l’expression de votre lait. Vous pouvez stimuler une montée de lait en massant vos seins, en regardant une photo de votre bébé, en sentant son odeur sur un vêtement déjà porté, en l’écoutant gazouiller avec un enregistrement fait au préalable sur votre téléphone portable…
  • Pour la conservation et le transport de votre lait : si vous n’avez pas de réfrigérateur sur votre lieu de travail, pas de souci, il vous suffira de placer vos flacons ou sachets de lait maternel dans un sac isotherme dans lequel vous aurez placé le matin quelques pochettes congelées, cela suffira. Le lait maternel se conserve très bien !
  • Quantités à prévoir pendant la journée de garde : un bébé allaité répartit ses apports sur 24h. De ce fait, même si durant les premiers temps d’adaptation au nouveau mode de garde et à la séparation il prend très peu de lait durant la journée, il saura compenser par la tétée des retrouvailles, et celles du soir et de la nuit. En tout cas, il vaut mieux prévoir plusieurs biberons de petite contenance de manière à éviter le gaspillage. En règle générale, entre 2 et 6 mois, les quantités de lait maternel dont a besoin votre bébé n’augmentent pas, vous devrez prévoir 400ml maximum de lait maternel tiré durant sa journée de garde. Veillez à ce que la personne lui donnant le biberon passe environ 20 min à le faire avec le bébé presque assis et le biberon à l’horizontal de manière à éviter que le lait vienne trop vite.

Afin de bien préparer votre projet de combiner allaitement et travail, nous vous conseillons de faire appel à une consultante en lactation qui saura vous écouter et vous guider en fonction de vos circonstances personnelles et professionnelles, car toute situation est unique et mérite d’être entendue.

La confiance et l’adaptabilité sont les mots clés de la réussite de votre projet.

Et si vous avez déjà repris le travail tout en continuant votre allaitement, faites-nous part de vos expériences et partagez avec nous vos astuces !

 

Article rédigé par Myriam Panard, consultante en lactation certifiée IBCLC pour Lansinoh France

Merci pour votre inscription