L’allaitement mixte

L’allaitement mixte

En France, il faut savoir que l’allaitement mixte est très courant comparé à d’autres pays européens.

Avant de commencer, comme c’est une question de santé publique, nous nous devons de rappeler les recommandations internationales (OMS : Organisation Mondiale de la Santé) et nationales (HAS : Haute Autorité de Santé, PNNS : Programme National Nutrition Santé) en matière de nutrition optimale pour l’enfant. Ces instances préconisent, suite à des études scientifiques de grande envergure, « un allaitement exclusif pendant les six premiers mois de vie puis en fonction de ses besoins nutritionnels le nourrisson doit recevoir des aliments complémentaires sûrs et adéquats du point de vue nutritionnel , tout en continuant à être allaité jusqu’à deux ans ou plus.»

Selon les dernières études EPIFANE (2014) et ELFE (2015) il semblerait que seulement 10% des petits Français soient encore allaités exclusivement à 3 mois. Nous sommes donc loin des recommandations !

Les raisons principales évoquées : les fausses informations et le manque de soutien à tous les niveaux (parmi les professionnels de santé, l’entourage, dans les entreprises, dans la société en général).

 

Les réponses à vos questions sur l'allaitement mixte :

Chaque situation est unique et nous respectons les choix de chacune. Par conséquent si vous avez choisi de faire un allaitement mixte, nous allons vous guider pour le réussir au mieux et vous encourager pour que votre bébé reçoive le plus longtemps possible de VOTRE LAIT afin de renforcer son système immunitaire en construction. Voici 10 questions que vous vous posez peut-être.

 

1. Que signifie l'allaitement mixte ?

Il s’agit d’un allaitement au sein partiel car le bébé alterne le sein et le biberon contenant une préparation pour nourrissons. Ce biberon peut d’ailleurs être donné par un autre membre de la famille. Le nombre de biberons quotidiens varie d’une situation à une autre. Un exemple : si vous ne pouvez pas ou ne souhaitez pas tirer votre lait au travail et votre bébé a moins de 6 mois, il pourra avoir deux biberons de lait infantile à la crèche ou chez la nounou et avoir le sein lorsqu’il est avec vous, c’est-à-dire au réveil, au retour du travail, au coucher, la nuit et les jours de repos.

 

2. Quel lait artificiel choisir pour un allaitement mixte ?

C’est au pédiatre de vous guider. Toutes les préparations pour nourrissons répondent à un cahier des charges très strict et se valent toutes. Cependant en cas d’antécédents familiaux d’intolérance ou de sensibilité aux protéines de lait de vache, il existe des préparations spécifiques plus adaptées.

 

3.  A partir de quel âge du bébé peut-on commencer un allaitement mixte ?

Certaines mamans le font très tôt c’est-à-dire dès la maternité ou le retour à la maison mais elles courent le risque de ne pas pouvoir allaiter longtemps car leur lactation n’aura jamais été complètement établie. Il vous faut en effet 6 semaines environ d’allaitement exclusif pour assurer une lactation complète ; il vaut donc mieux que vous attendiez le plus longtemps possible avant d’introduire un premier biberon de lait artificiel.

 

4. Combien de temps peut durer un allaitement mixte ?

Cela va dépendre des circonstances : veillez à ce que votre bébé tète toujours bien même après l’introduction d’un biberon, faites en sorte de réduire le stress au maximum car c’est l’ennemi de la lactation, continuez à avoir des contacts fréquents avec votre bébé et au moins 3 tétées par 24h (4 si votre bébé a moins de 3 mois) et un retour à un allaitement plus exclusif, à la demande, les weekends par exemple. Tout cela contribuera à  maintenir votre lactation plus longtemps. Certaines mamans arrivent à garder un allaitement mixte pendant plus d’un an.

 

5. Quelle répartition biberon / tétée est possible ?

Cela va dépendre de l’âge de votre bébé, de ses compétences à téter et de vos objectifs. Certaines mamans ne donnent qu’un biberon par jour et cela leur convient parfaitement, pour d’autres ce sera un biberon sur 3 repas et pour d’autres une alternance sein, biberon. Dans ce dernier cas, la lactation diminuera d’autant plus et le bébé risquera de montrer des signes d’agacement au sein car le flux aura diminué, à moins de compenser en utilisant un tire-lait, comme par exemple le tire-lait compact Lansinoh.

 

6. Peut-on mélanger le lait maternel et le lait artificiel dans un même biberon ?

Oui c’est possible, d’ailleurs c’est un bon moyen d’introduire progressivement le lait artificiel à un bébé exclusivement allaité qui n’en apprécie pas le goût. Il faut le comprendre et être patiente.

Vous pouvez par exemple mélanger un tiers de lait artificiel à deux tiers de lait maternel, le tout à une température proche de celle du lait qui sort de votre sein. Puis il s’agira d’inverser progressivement les proportions avec deux tiers de lait artificiel et un tiers de lait maternel pour finir par un biberon entier de lait artificiel. En chiffres cela pourrait donner 30ml LA+ 60ml LM, puis 60ml LA+30ml LM puis 90ml LA. (LM: Lait Maternel et LA: Lait Artificiel).

 

7. Quel biberon choisir et quelles précautions prendre ?

Avant de proposer un biberon à votre bébé, il faut être sûr qu’il tète efficacement sinon cela risquerait de perturber sa succion et lui poserait des difficultés à alterner entre le sein et le biberon. Il vaut mieux  choisir un biberon avec une tétine souple et étirable qu’il pourra sentir au niveau de son palais mou, cela lui permettra de placer sa langue convenablement et de se mettre à téter comme au sein. La tétine péristaltique NaturalWave ™ des biberons Lansinoh a d’ailleurs été conçue pour que le bébé fasse les mêmes mouvements de langue qu’au sein. Pour votre information, il s’agit de mouvements péristaltiques, c’est-à-dire en vagues.

En outre, il est important que votre bébé soit assis à 45° et qu’il puisse avoir l’arrière de la tête libre. On lui propose la tétine du biberon en lui chatouillant le menton et la lèvre supérieure pour déclencher une plus grande ouverture de bouche (comme au sein). De plus, le biberon devrait toujours être gardé à l’horizontal durant tout le repas et comme au sein le bébé devrait pouvoir faire des pauses. Le flux de lait devrait se rapprocher le plus possible du sein afin de limiter la confusion et ne pas risquer un refus graduel du sein.

 

8. Mon bébé peut-il un jour refuser mon lait à cause de la prise d’un lait artificiel ?

Votre lait non mais le sein oui c’est possible. Chez certains bébés la prise d’un biberon peut provoquer une grève de tétée et chez d’autres c’est plutôt la répétition des repas pris au biberon et les séparations trop longues qui peuvent engendrer un rejet du sein. Il s’agit dans ce cas de « ré-apprivoiser » votre bébé en douceur et ne pas vivre la situation comme un rejet personnel ; vous pouvez lire à ce sujet notre article dédié  "Grève de la tétée ! Causes et solutions". Dans certains cas, le mieux sera d’accepter le fait que votre bébé se soit en quelque sorte sevré du sein plus tôt que vous ne l’aviez envisagé et il est normal que cela puisse vous rendre triste…

 

9. Et si mon bébé refuse le biberon… Comment faire pour passer à un allaitement mixte ?

Il y a d’autres moyens de nourrir un bébé : la tasse, le DAL* au doigt, la tasse à bec mais en général un jeune bébé (moins de 4 mois) accepte toujours le biberon à un moment ou à un autre. La douceur et la patience sont des facteurs importants. Faites confiance à votre bébé.

 

10. Peut-on revenir à un allaitement exclusif si on change d’avis par rapport à l’allaitement mixte ?

Oui c’est possible. Il s’agira de proposer davantage le sein à votre bébé et si votre lactation a bien baissé vous vous en rendrez compte par son comportement, il suffira alors de compenser par des stimulations manuelles (massage des seins) et l’usage d’un tire-lait électrique, de préférence en double pompage. Voir à ce propos notre article dédié « Relancer sa lactation, pourquoi et comment ? »

 

* DAL= Dispositif d’Aide à la Lactation constitué d’une sonde gastrique plongée dans un récipient quasiment fermé et contenant du lait. Cette sonde est introduite dans la bouche du bébé lorsqu’il est en train de téter moins vigoureusement. Grâce à sa succion le bébé va aspirer le contenu du récipient tout en restant au sein, continuant ainsi à stimuler le sein et évitant l’utilisation d’un biberon de complément.

Le DAL peut aussi être utilisé pour nourrir le bébé au doigt. La sonde est placée le long d’un doigt que le bébé va alors téter, côté ongle posé sur sa langue et la pulpe du doigt contre son palais mou.

 

N’hésitez pas à partager votre expérience de l’allaitement mixte sur nos réseaux sociaux : vos motivations, vos difficultés, vos astuces…

 

Article rédigé par Myriam Panard, consultante en lactation certifiée IBCLC pour Lansinoh France

Merci pour votre inscription