L’allaitement maternel, un acte écologique

allaitement maternel

Article rédigé par Myriam Panard, consultante en lactation certifiée IBCLC pour Lansinoh France

Les débats sur l’écologie et le développement durable sont, comme vous vous en êtes sûrement rendu compte, dans l’air du temps. Avez-vous par exemple déjà entendu parler du Greenfeeding? Et quelle place l’allaitement tient-il dans ce courant de pensée? 

En fait, ce concept de Greenfeeding met en avant l’importance de se nourrir avec des produits non transformés et locaux afin d’éviter la consommation inutile d’énergie, de réduire l’empreinte carbone de chacun et d’améliorer au final la santé de tous et à fortiori de notre planète. L’accent est mis sur les circuits courts et durables.

A votre avis, quelle nourriture correspond le plus à ce concept? 
Vous avez deviné? Ou vous donnez votre langue au chat? 

—> Le lait maternel bien sûr ! De ce constat , nous pouvons crier haut et fort que choisir l’allaitement au sein est un acte écologique et citoyen du monde!

Outre le fait que le lait maternel couvre entièrement les besoins nutritionnels du nourrisson jusqu’au milieu de sa première année puis continue à en couvrir plus de la moitié au second semestre et jusqu’à un tiers au cours de sa deuxième année, il est important de rappeler que le lait maternel PROTÈGE votre enfant jusqu’à son sevrage et contribue grandement à diminuer ses risques de développer certaines maladies à court, moyen et long termes ( diarrhées aiguës, infections respiratoires sévères, asthme, eczéma, surpoids, diabète, maladie du tube digestif.…)

Non seulement l’allaitement maternel protège votre bébé et renforce sa santé, mais concourt aussi à protéger notre planète. En effet, ce mode d’alimentation a la particularité de passer directement du producteur au consommateur, sans aucun intermédiaire… et oui ! vous produisez le lait que votre bébé boira directement à la source , une denrée durable , sûre, jamais périssable, ne produisant aucun déchet nocif et qui plus est renouvelable à souhait aussi longtemps que votre bébé voudra bien téter ! 

Nul besoin de transformer votre lait , de le transporter, le chauffer… En allaitant votre bébé vous agissez dans le respect de l’environnement et vous faites des économies! Votre lait est gratuit n’est-ce pas?  Alors Bravo, soyez fière de votre choix et des efforts que vous avez peut-être dû faire au début pour une bonne mise en place de votre allaitement. 

Inversement, la production et la consommation de laits infantiles industriels a d’énormes effets négatifs sur la planète. 

Reprenons tout le circuit pour y voir plus clair:

-Tout d’abord, les préparations pour nourrissons sont pour la plupart fabriquées à base de lait de vache, or les vaches ont besoin d’espace pour vivre; nous assistons de ce fait à un défrichage intensif des terres et la construction d’enclos et de lieux de traite . Ces mêmes vaches ont aussi besoin d’être nourries, notamment de fourrage et d’eau. Les traire de manière industrielle consomme de l’énergie électrique et les machines et accessoires doivent être soigneusement lavés, ce qui augmente la consommation d’eau. 

-Ce lait cru recueilli après la traite est ensuite transporté à l’usine de traitement qui va le stocker dans des réfrigérateurs, puis le transformer, le pasteuriser, y ajouter des ingrédients. Pour info, sur 100kg de lait cru 20% sera utilisé pour produire au final 2,2kg de poudre de lait de formule. Tout ce processus dépense là encore beaucoup d’énergie et provoque des émissions de dioxyde de carbone et autres gaz à effet de serre qui contribuent au réchauffement climatique. 

Dans les maternités, les industriels distribuent des « nourrettes » qui sont des petits flacons de lait prêts à l’emploi, il faut savoir que leur fabrication exige le double de manipulation donc le double d’effets nocifs sur la planète. 

-Par ailleurs, la déforestation de certaines zones du monde, largement pratiquée par les industries agro-alimentaires à des fins de plantations de palmiers à huile ou de culture du soja, représente un véritable drame écologique: biodiversité grandement affectée, dérèglements climatiques, pollution des sols et de la nappe phréatique par les engrais, herbicides et pesticides…  Il est important de préciser que l’huile de palme fait partie des ingrédients majeurs des préparations pour nourrissons et que le soja est utilisé dans l’alimentation du bétail laitier. 

-Les emballages utilisés pour le conditionnement de ce lait en poudre ne sont souvent pas biodégradables, mais produisent des déchets dont l’incinération dégage des fumées toxiques.

Pour  vous donner une idée en chiffres: sur 3 millions de bébés nourris au lait industriel, 450 millions de boites sont utilisées chaque année, ce qui correspond à 70 000 tonnes de déchets de métal et carton.

-Une fois conditionné, ce lait va être transporté en camion, en train, en bateau ou en avion pour être distribué dans les centres commerciaux, pharmacies, maternités. Du carburant et de l’électricité vont alors être utilisés. Il faut dire aussi que tout au long de la chaine de fabrication et distribution, il y aura également consommation d’énergie pour le chauffage et l’éclairage des travailleurs et des animaux. 

-Et enfin pour préparer un biberon, il faudra veiller à se laver les mains au préalable, et pour plus de sécurité, la poudre (non stérile) devra être dissoute dans de l’eau qui aura été portée à ébullition puis refroidie à 70°. Le biberon refroidi rapidement sous le robinet d’eau froide pour arriver à 37° devra être consommé dans l’heure s’il est gardé à température ambiante et la boite après ouverture sera périmée au bout d’un mois. Que de gaspillage généré, d’autant plus que la plupart des parents changeront plusieurs fois de marque avant de trouver celle qui conviendra le mieux à leur bébé. Voici en chiffres quelques données tirées de résultats d’études que vous trouverez en bas de l’article: 

 

allaitement

En résumé, dans le cas d’une alimentation infantile artificielle, le circuit qui mène du producteur (exploitation laitière et usine de transformation) au consommateur ( le nourrisson)  est long, coûteux, risqué ( contamination bactérienne, composants à effets délétères sur la santé) gourmand en énergie et en ressources naturelles (eau, sols, forêt,..), et extrêmement polluant…Vous l’aurez bien compris cela ne correspond pas du tout au concept du Greenfeeding! 

Si vous êtes mère allaitante et que vous tirez votre lait, nous vous invitons à relire notre article dédié à la Conservation et manipulation du lait maternel lien afin de ne pas gaspiller votre précieux nectar. A moins de n’utiliser que vos mains pour exprimer votre lait, ce qui est tout à fait possible bien sûr, de nombreuses femmes dans le monde y ont recours de manière ancestrale, pensez à louer un tire-lait, vous réduirez ainsi votre impact environnemental. Lisez à ce propos, notre article dédié « Avantages de la location de tire-lait ». Dans cet ordre d’idée pensez aussi aux coussinets lavables plutôt que jetables, c’est un petit plus en faveur de la préservation de la planète. Enfin, Lansinoh propose également de plus en plus de produits à impact neutre pour le climat, comme la crème Lanoline HPA ou le Spray apaisant post accouchement BIO.

En guise de conclusion, je pense personnellement que toute femme allaitante devrait être remerciée pour tous les bienfaits qu’elle procure à son enfant et à l’environnement.

Continuons en tout cas, chacun à notre échelle, de soutenir l’allaitement maternel et de sensibiliser le public de tout âge à chaque petit ou grand geste écologique. 

Rêvons à un monde où la grande majorité des bébés seraient exclusivement allaités 6 mois ( actuellement seuls 4 bébés sur 10 dans le monde ont cette chance ) puis bénéficieraient d’une alimentation solide, locale, saine et non transformée tout en continuant à être allaités si leurs mamans le souhaitent jusqu’à leur sevrage naturel : voir à ce propos notre article dédié: « Le sevrage naturel »

Rendons aux mères la souveraineté de l’alimentation de leur enfant! 

 

Sources bibliographiques: 

 

  1. https://www.gifa.org/wp-content/uploads/2015/09/Formula-for-Disaster-French_FINAL.pdf
  2. Rapport du Professeur Turck: Plan d’action pour l’allaitement maternel,  2010
  3. « L’impact écologique de l’allaitement »,  Isabelle Delhove- Grandir autrement n°46, 2014
  4. « Impact de l’allaitement artificiel sur l’environnement », Gisèle Laviolle- Santé et allaitement maternel, 2003
  5. https://lansinoh.fr/blogs/post-naissance/le-sevrage-naturel

6.https://lansinoh.fr/blogs/allaitement-au-sein/les-bienfaits-de-lallaitement

Merci pour votre inscription