Les crevasses

Les crevasses

Ce que vous redoutez sûrement le plus dans l’allaitement, ce sont les crevasses des mamelons ? En effet, rien que le mot fait peur… or rassurez-vous ce problème n’est pas une fatalité ! Heureusement d’ailleurs, sinon notre civilisation aurait disparu depuis bien longtemps si les femmes avaient toutes sevré leur bébé dès les premières semaines de vie à cause de douleurs insupportables…

Retrouvez dans cet article ce que sont les crevasses, comment elles peuvent se produire, comment les éviter et comment les soigner ? Et sachez qu’avec un bon accompagnement, si crevasses il y a, elles ne durent pas longtemps : entre 2 et 10 jours tout au plus.

 

1. Qu’est-ce que l’on appelle « crevasses »?

Ce sont des petites blessures plus ou moins profondes qui entaillent les mamelons et qui peuvent rendre l’allaitement très douloureux.

Une crevasse peut apparaitre à la base, sur les côtés ou sur la face du mamelon qui, dans certains cas, peut être littéralement abrasé avec les chairs plus ou moins ouvertes. On peut observer soit une ligne très nette de compression sur le mamelon qui est systématiquement déformé après une tétée, soit des coupures en arc de cercle à différents endroits

Les crevasses peuvent saigner ou devenir purulentes en cas de surinfection liée à des micro-organismes opportunistes. Le risque si vous n’êtes pas convenablement accompagnée avec des soins adéquats est de déboucher sur une mastite plus ou moins aiguë. Une mastite est une inflammation du sein qui doit dans certains cas être traitée par une cure d’antibiotiques

Il peut y avoir complication avec prolifération d’un champignon, le Candida Albican qui retarde la cicatrisation des crevasses et provoque d’intenses douleurs de type brûlures pendant et après les tétées. En général il y a des facteurs favorisants ce phénomène comme par exemple une tendance à avoir des mycoses vaginales à répétition, une consommation exagérée de sucres, un diabète, une prise de certains médicaments (antibiotiques, pilule contraceptive, corticoïdes..). Rassurez-vous: toutes les mamans présentant des crevasses ne développent pas systématiquement une candidose !

Pour info, votre bébé peut continuer à téter même en cas de traitement local (pommade antibiotique, anti-inflammatoire, antifongique) ou systémique (comprimés antibiotiques ou antifongiques). Votre lait sera toujours bon pour lui.

2. Comment se produisent les crevasses?

La plupart du temps elles sont liées à une mauvaise prise en bouche du sein à cause d’une position inadéquate, un manque d’élasticité du mamelon, un torticolis, une tension chez le bébé, un frein de langue trop court, un frein labial trop épais et serré…tout cela pouvant restreindre ou compromettre les mouvements nécessaires à une bonne succion. Parfois la situation est complexe et nécessite un accompagnement par des professionnels (consultant en lactation, ostéopathe, ORL)

Lors de la montée laiteuse au moment où vos seins peuvent être plus tendus, il est parfois difficile pour votre bébé d’étirer le mamelon loin dans sa bouche, surtout si celui-ci est plutôt plat ou même rentré à l’intérieur (mamelon ombiliqué). Pour rappel, votre mamelon pour rester intact doit atteindre la jonction entre le palais dur et le palais mou de votre bébé, c’est ce que l’on appelle la zone de confort.

De même, lors d’un engorgement mammaire, le même phénomène peut arriver surtout si vous donnez régulièrement une tétine à votre bébé, celui-ci peut se sentir perdu (confusion sein-tétine) et ne plus savoir s’y prendre pour étirer le mamelon dans sa bouche.

3. Quels sont les meilleurs moyens pour éviter les crevasses ?

Votre bébé devrait avoir le ventre en contact direct avec votre corps, sa tête dans le même alignement et non tournée sur le côté et idéalement ses petits pieds en appui. Lorsqu’il cherche le sein, il déploie toute une série de réflexes innés et au moment où son petit menton touche votre sein cela déclenche l’extension de sa tête et l’ouverture de sa bouche;  si votre sein n’est pas trop tendu il devrait pouvoir s’y attacher sans trop de difficulté, surtout s’il n’est pas agité. Le retour au calme est parfois nécessaire avant une tétée sinon votre bébé risque de mordiller le sein ou de le serrer très fort entre ses gencives. Il vaut mieux que vous l’allaitiez aux premiers signes de faim et non lorsqu’il réclame en pleurant très fort, car c’est déjà trop tard.

 

N’hésitez pas à guider votre bébé si nécessaire et lui faciliter la prise du sein en adoptant certains gestes comme par ex celui appelé « sandwich » ou « ciseau » en comprimant votre sein avec deux doigts et en orientant votre mamelon vers le nez du bébé sans gêner son petit menton qui devrait être collé sur votre sein.

Prenez soin de vos seins en les massant régulièrement, cela diminuera les risques d’engorgement et assouplira votre peau autour des mamelons.

Appliquez en très petite quantité une crème barrière protectrice et hydratante sur vos mamelons, comme la crème lanoline HPA Lansinoh. Veillez à utiliser des coussinets d'allaitement pour ne pas tacher votre soutien-gorge.

 

4. Comment soigner les crevasses?

Adoptez une hygiène irréprochable pour éviter une surinfection. Normalement une douche quotidienne avec un savon doux suffit lorsqu’on allaite mais si vous avez des crevasses, il est important de nettoyer les plaies au savon liquide antibactérien une fois par jour (sous la douche par exemple) et de changer souvent vos coussinets d’allaitement pendant la journée.

Si le contact avec votre soutien-gorge ou vos vêtements est douloureux et si vous ne supportez pas les coussinets d’allaitement, vous pouvez choisir d’utiliser des coquillages qui isoleront vos mamelons; le lait qui s’accumulera dans les coquillages contribuera à une cicatrisation plus rapide (sauf en cas de candidose) grâce à l’action des facteurs anti-inflammatoires et cicatrisants naturellement présents; c’est d’ailleurs le principe des cataplasmes de lait maternel.

Certaines mamans choisissent de faire un usage temporaire des bouts de sein en silicone durant le temps de cicatrisation. Même si ce n’est pas la solution idéale, elle a le mérite parfois de sauver un allaitement à condition que la position du bébé ait été revue et que la prise du sein soit optimale, autrement cela peut compliquer les choses. Si cette solution a été décidée, un suivi par un professionnel de l’allaitement s’impose.

Dans le cas de crevasses profondes et/ou de douleurs  insupportables au moment des tétées, l’usage exclusif d’un tire-lait électrique en double pompage durant la période de cicatrisation complète peut s’avérer très utile, votre bébé pouvant alors être nourri à la tasse, au DAL au doigt (Dispositif d’Aide à la Lactation constitué d’une sonde de nutrition plongée dans un flacon contenant votre lait et dont l’autre extrémité est placée le long d’un de vos doigt que vous donnez à téter à votre bébé) ou éventuellement au biberon si c’est ce que vous préférez. Dans ce cas il sera nécessaire de placer votre bébé en position presque assise et veiller à ce qu’il continue à bien ouvrir la bouche pour saisir la tétine du biberon, ce dernier devant rester à l’horizontale afin de minimiser le flux et faire « travailler » votre bébé ; des pauses fréquentes seront aussi très utiles pour imiter une tétée.

Votre état de santé générale est important pour une meilleure cicatrisation, or la fatigue, le manque de sommeil, le stress, les carences en vitamines, l’anémie contribuent à diminuer vos défenses immunitaires. Par conséquent on devrait veiller à améliorer votre environnement pour plus de confort et de repos et le recours à certains compléments alimentaires en plus d’une alimentation saine pourrait également vous aider.

Il existe un grand choix de crèmes à appliquer sur les mamelons pour favoriser la cicatrisation (lanoline, miel stérile, huile de coco, huile à base de vitamine E, castor equi..). Une application parcimonieuse mais fréquente est en général une garantie d’efficacité. Si vous n’aimez pas les crèmes, il existe des patchs d’hydrogel composés d’eau et de glycérine que vous appliquez sur les mamelons extrêmement crevassés et que vous pouvez réutiliser pendant un laps de temps déterminé après lavage à l’eau claire.

A chacune ses solutions ! Nous sommes curieux de savoir de ce qui a le mieux fonctionné pour vous ! Faites-nous part de votre expérience !

 

Article rédigé par Myriam Panard, consultante en lactation certifiée IBCLC pour Lansinoh France

 

TOUT SUR LA LANOLINE

LE SAVIEZ-VOUS ?
  1. La lanoline est utilisée comme produit de soin depuis plus de 8000 ans. Son utilisation est indiquée dans les textes à portée médicale et pharmaceutique depuis 2000 ans.
  2. D’où vient la lanoline ? Elle est produite par les glandes sébacées des moutons et a pour fonction naturelle de protéger la laine de la pluie et d’autres intempéries
  3. Comment obtient-on la lanoline ? en l’extrayant de la laine des moutons après les avoir tondus. 50kg environ de laine permettent de produire 1 à 2 kg de lanoline.
  4. La lanoline est une matière première naturelle et renouvelable et non un composant chimique.
  5. Le nom LANSINOH est issu d’une combinaison de mots et symboles signifiant « lanoline sans alcool » : LAN pour lanoline, SIN veut dire « sans » en latin et O-H est le symbole chimique de l’alcool.
  6. La lanoline HPA Lansinoh est claire, sans goût et sans odeur parce qu’elle a subi tout un processus de purification utilisant des techniques de pointe sans ajout d’ingrédient ou d’agent de blanchiment. Elle n’a donc pas besoin d’être enlevée du mamelon avant la tétée.
La crème lanoline HPA Lansinoh est une crème multi-usage, agissant aussi bien en prévention des mamelons douloureux qu’en aide à la cicatrisation des mamelons crevassés grâce à son effet barrière d’hydratation favorable à la réparation des tissus. Pour ce qui est du traitement des mamelons surinfectés, elle peut agir en complément d’un traitement spécifique prescrit par un médecin.
Elle a fait ses preuves d’efficacité auprès des mamans allaitantes depuis 35 ans.
 

Merci pour votre inscription